• Depuis son retour à la compétition, Zhang Xin excelle avec son club comme en équipe nationale.
  • Cette mère d’un enfant de trois ans a grandement contribué à la qualification de la Chine aux Jeux Olympiques.
  • Zhang entend aider les Roses d’Acier à atteindre le match pour la médaille d’or à Tokyo 2020.

Une pause à 25 ans, un come-back à 27 et, sauf accident, une participation aux Jeux Olympiques à 29. Voilà l’histoire extraordinaire Zhang Xin, qui fait le bonheur de la RP Chine et du Shanghai Agricultural and Commercial Bank FC.

En 2017, Zhang a surpris en annonçant sa retraite sportive, peu après avoir aidé Shanghai à décrocher l’or aux Jeux Nationaux cette année-là. Les fans comme les médias ont forcément été déçus par cette annonce faite par une jeune joueuse promise à une grande carrière. Début 2019, la native de Shanghai, désormais mère d’un enfant, a de nouveau pris tout le monde à contrepied, supporters compris, en annonçant son retour sur les terrains.

“J’ai repris car ma vie appartient au terrain de football”, explique la joueuse de 29 ans dans un entretien avec FIFA.com. “Après m’être mariée et avoir donné naissance à un enfant, je me suis rendue compte que j’aimais encore beaucoup le football. Ce sport m’apporte énormément de bonheur.”

China women team midfielder Zhang Xin poses for a photo with her son

Un rôle clé dans le rêve olympique

Et Zhang n’a pas rechaussé les crampons pour faire le nombre. Après une grosse phase de réathlétisation, elle a vite fait sa place dans le onze titulaire de Shanghai, qui a terminé à la deuxième place de la Super League chinoise et s’est incliné en finale de la coupe. Puis elle a inscrit cinq buts et donné autant de passes décisives au cours de la saison 2020, bouclée à la troisième place par son club.

Mais encore plus impressionnantes ont été ses prestations avec l’équipe nationale au cours des qualifications pour le Tournoi olympique de Football féminin, Tokyo 2020. Titulaire lors des cinq matches, Zhang a été une actrice majeure de la qualification des Roses d’Acier.

Elle a notamment fait trembler les filets lors de la victoire 6-1 face à la Thaïlande en phase de groupes. Puis lors du barrage décisif contre la République de Corée, elle a ouvert le score et mis son équipe sur la voie d’un succès 2-1 à l’aller. Au retour, les deux équipes ont fait match nul 2-2 au terme d’une rencontre électrique, la bande à Zhang l’emportant donc 4-3 sur l’ensemble des deux rencontres

“J’ai simplement appliqué les consignes du sélectionneur Jia Xiuquan”, indique modestement la joueuse lorsqu’on lui demande de revenir sur cette campagne couronnée de succès. “J’ai essayé de faire de mon mieux à chaque entraînement et de respecter le plan de jeu à chaque match. J’ai retrouvé une grande partie de ma puissance et de ma condition physique. Je suis désormais capable de rivaliser athlétiquement avec mes adversaires. Ce sera ma première campagne olympique et j’ai vraiment hâte d’y être. C’est un rêve qui se réalise.”

La chasse à la médaille olympique

Généralement alignée sur le flanc droit, Zhang est une joueuse polyvalente. En plus de sa vitesse, elle possède une frappe puissante des deux pieds. Elle a inscrit ses buts face à la Thaïlande et à la République de Corée du pied gauche, mais elle se juge plus à l’aise du droit. “J’ai les deux pieds, mais pour ce qui est de la précision ou du toucher, je m’appuie davantage sur le droit.”

La RP Chine a décroché la médaille d’argent lors de sa première participation aux Jeux Olympiques, à Atlanta 1996. Un quart de siècle plus tard, Zhang espère au moins reproduire cette performance au Japon. “Pour mes premiers JO, je me suis fixé un objectif simple : atteindre la finale. On n’a pas eu un mauvais tirage”, ajoute-t-elle, au moment d’analyser un groupe par ailleurs composé du Brésil, des Pays-Bas et de la Zambie. “Il n’y aura pas d’équipes faibles. Ce que nous devons faire, c’est donner le maximum et bien jouer à chaque match.”

Comme le hasard fait bien les choses, la rencontre face à la Zambie sera pour Zhang l’occasion de retrouvailles avec sa coéquipière à Shanghai Barbra Banda, qui a terminé meilleure réalisatrice du championnat chinois la saison dernière avec 18 unités à son actif. “Ça va être un duel intéressant. On est coéquipières à Shanghai mais aux JO, on sera adversaires. Le football réserve toujours des surprises, c’est ce qui fait son charme,” souligne Zhang.

Alors que son fils fête ses trois ans ce mois-ci, Zhang sent qu’elle doit se montrer encore plus performante. “En plus de ma passion pour le football, mon enfant m’apporte de la motivation pour jouer. Je veux lui offrir une vie meilleure… et une médaille !”