• #WorldCupAtHome vous propose un nouveau classique de la Coupe du Monde
  • Un duel entre voisins oppose l’Allemagne aux Pays-Bas
  • A revoir en intégralité ce samedi 2 mai, 18 heures

La rivalité entre l’Allemagne et les Pays-Bas, deux pays voisins, ne date pas d’hier. Devant son public, l’Allemagne de l’Ouest remporte la finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1974™ face aux Oranje (2-1). Quatorze ans plus tard à Hambourg, les Néerlandais prennent leur revanche en sortant la Mannschaft (2-1), dans le dernier carré de l’UEFA EURO. Le 24 juin 1990, ces deux géants du football européen s’affrontent pour la troisième fois en phase finale d’une grande compétition internationale.

📝 En bref

Allemagne🇩🇪2-1🇳🇱 Pays-Bas

📅24 juin 1990

📍Stade Giuseppe Meazza, Milan (Italie)

Buteurs : 1-0 Jürgen Klinsmann (51’), 2-0 Andreas Brehme (85’) / 2-1 Ronald Koeman (89’ pen.)

Compositions :

  • Allemagne : Bodo Illgner – Klaus Augenthaler – Stefan Reuter, Jürgen Kohler, Thomas Berthold, Andreas Brehme – Pierre Littbarski, Lothar Matthäus (C), Guido Buchwald – Jürgen Klinsmann (77’ Karl-Heinz Riedle), Rudi Völler
  • Pays-Bas : Hans van Breukelen – Ronald Koeman – Berry van Aerle (66’ Wim Kieft), Frank Rijkaard, Adrie van Tiggelen – John van’t Schip, Aron Winter, Jan Wouters, Richard Witschge (78’ Hans Gillhaus) – Ruud Gullit (C), Marco van Basten

🤔Le contexte

La République d’Irlande et les Pays-Bas étant inséparables à l’issue de la phase de groupe, c’est le tirage au sort qui doit désigner l’adversaire de l’Allemagne en huitièmes de finale. Tenus en échec par l’Égypte, l’Angleterre et la République d’Irlande, les Néerlandais doivent donc au hasard de se retrouver à la troisième place du groupe. Ce classement leur vaut d’affronter l’Allemagne dès les huitièmes de finale. Très en verve au premier tour, la *Mannschaft* a écrasé les EAU (5-1) et la Yougoslavie (4-1), avant de concéder le nul à la Colombie (1-1).

⚔️ Le match

Les Pays-Bas dominent les premiers échanges et se procurent quelques occasions, mais les expulsions de Rudi Völler et Frank Rijkaard en milieu de première période ont pour effet de casser le rythme de la partie. Au retour des vestiaires, Jürgen Klinsmann donne l’avantage aux doubles champions du monde. Le but de l’attaquant de l’Inter a le mérite de libérer les deux équipes, qui se rendent désormais coup pour coup. Andreas Brehme double finalement la mise en fin de match pour l’Allemagne. Le but sur penalty de Ronald Koeman intervient trop tard pour changer la donne.

© Getty Images

⭐️ Un joueur dans le match

En ouvrant le score, Jügen Klinsmann a contribué de manière décisive à la qualification de l’Allemagne. Mais pour lui, ce match disputé à Milan revêtait aussi une grande importance symbolique : avec Andreas Brehme et Lothar Matthäus, il faisait partie des trois internationaux allemands pensionnaires de l’Inter Milan.

🗣 Entendu…

“Nous nous attendions à ce qu’ils prennent beaucoup de risques, alors nous nous sommes passés d’un joueur offensif. Avec ce système, nous avons fait courir les Néerlandais. Quand ils ont été bien fatigués, nous avons marqué. Guido Buchwald et Jürgen Klinsmann se sont transcendés ce jour-là. Les Néerlandais formaient une très bonne équipe. Nous savions que nous pouvions les battre, nous pouvions battre n’importe qui !” – Franz Beckenbauer, sélectionneur de l’Allemagne

“Les Allemands travaillent toujours beaucoup sur le terrain mais maintenant, grâce à Beckenbauer, ils ont aussi des qualités techniques.” – Ruud Gullit, attaquant des Pays-Bas

“Nous avons livré notre meilleur match dans cette Coupe du Monde, mais nous avons eu du mal à concrétiser nos occasions. Le carton rouge de Frank Rijkaard nous a davantage pénalisés que l’expulsion de Völler côté allemand.” – Ronaldo Koeman, défenseur des Pays-Bas

🔜 Et après ?

Les Pays-Bas font leurs adieux à la compétition tandis que, dans la foulée, le sélectionneur Leo Beenhakker remet sa démission. De son côté, l’Allemagne poursuit son parcours triomphal en écartant tour à tour la Tchécoslovaquie (1-0) et l’Angleterre (4-3 t.a.b.) En finale, les hommes de Franz Beckenbauer s’imposent sur la plus petite des marges face à l’Argentine de Diego Maradona, grâce à un penalty transformé par Andreas Brehme.