• #WorldCupAtHome continue de vous faire revivre les grands classiques
  • La Belgique arrache la victoire dans les dernières secondes
  • Les Diables Rouges s’imposent au terme d’un contre d’école

Quand les Belges et les Japonais arrivent à Rostov-sur-le-Don pour jouer leur huitième de finale de la Coupe du Monde 2018, les premiers semblent largement favoris après avoir dominé leur groupe tandis que les seconds se sont qualifiés uniquement grâce au classement du fair-play. Pourtant le match va prendre une tournure inattendue et les Japonais vont se battre jusqu’à la dernière seconde.

📝 En bref

Belgiqie 3-2 Japon

📅2 juillet 2018

📍Rostov Arena, Rostov-sur-le-Don (Russie)

Buteurs :

  • Belgique : Thibaut Courtois – Toby Alderweireld, Vincent Kompany, Jan Vertonghen – Thomas Meunier, Kevin De Bruyne, Axel Witsel, Yannick Carrasco (Nacer Chadli, 65′) – Dries Mertens (Marouane Fellaini, 65), Romelu Lukaku, Eden Hazard (c)
  • Japon : Eiji Kawashima – Hiroki Sakai, Maya Yoshida, Gen Shōji, Yūto Nagatomo – Makoto Hasebe (c), Gaku Shibasaki (Hotaru Yamaguchi, 81′), Genki Haraguchi (Keisuke Honda, 81′), Shinji Kagawa, Takashi Inui – Yuya Osako

**🤔Le contexte

**

La Belgique se présente en Russie avec une équipe que beaucoup considèrent comme la plus forte de son histoire. Quatre ans plus tôt, au Brésil, les jeunes Diables Rouges n’avaient pas encore atteint leur maturité. Par la suite, un parcours en demi-teinte lors de l’UEFA EURO 2016 a suscité de nombreuses frustrations. Après trois victoires de rang au premier tour face au Panama, la Tunisie et l’Angleterre, la Belgique arrive sûre d’elle dans la phase à éliminations directes.

De son côté, le Japon a le statut d’outsider qui lui permet d’aborder cette rencontre en toute sérénité. Après un premier tour compliqué où les Samouraïs Bleus ont enregistré une victoire face à la Colombie, un nul avec le Sénégal et une défaite contre la Pologne, et où la qualification est venue grâce au classement du fair-play, les hommes d’Akira Nishino s’apprêtent à trouver face à eux l’un des favoris dans la course au titre.

© Getty Images

⚔️ Le match


Deux remplaçants décisifs : Voyant son équipe menée 2-0, Roberto Martinez décide de procéder à deux changements. À la 65ème minute, il fait entrer Marouane Fellaini et Nacer Chadli en lieux et places de Dries Mertens et Yannick Carrasco. Dans la foulée, Jan Vertonghen réduit l’écart, avant que Fellaini ne remette les deux équipes à égalité, en reprenant de la tête un centre de d’Eden Hazard. Dans les dernières secondes, Chadli se charge de briser les derniers espoirs du Japon en se trouvant à la conclusion d’un contre parfaitement exécuté.

Un mouvement d’école : Alors que les deux équipes semblent promises à la prolongation, les Japonais obtiennent un corner, qui ne donne rien. Sans perdre une seconde, Courtois relance à la main sur Kevin De Bruyne, qui traverse près de la moitié du terrain balle au pied. Le milieu de terrain de Manchester City sert alors Meunier dans la course. Ce dernier expédie un centre à ras de terre que Lukaku laisse passer entre ses jambes en direction de Chadli, dont la reprise ne laisse aucune chance au gardien nippon.

Nacer Chadli of Belgium scores the winning goal against Japan© Getty Images

⭐️ Un joueur dans le match

Bien qu’il n’ai pas été titulaire, Nacer Chadli s’impose comme la figure incontournable de ce match. Au-delà de son but victorieux, l’ancien joueur de Tottenham a très avantageusement remplacé un Mertens peu en réussite jusque-là. L’ailier belge a semé la panique à plusieurs reprises sur les ailes et son entente avec Hazard a donné pleinement satisfaction. Chadli était présent dans sa surface de réparation lorsque Courtois a servi Kevin De Bruyne. C’est donc au prix d’un bel effort qu’il a traversé tout le terrain pour se trouver à la conclusion de ce contre d’anthologie.

🗣 Entendu…

“Nous avons eu plusieurs occasions de marquer mais, à 2-0, nous avons réussi à revenir dans le match. Je tiens à féliciter nos adversaires japonais. Ils étaient bien préparés et nous avons eu beaucoup de mal à percer leur défense. Ils ont marqué deux fois, ce qui nous a considérablement compliqué la tâche. Heureusement, nous avons fait la différence, grâce à notre force de caractère, ainsi qu’aux brillantes performances de Fellaini et Chadli.” – Roberto Martinez, sélectionneur de la Belgique

“Nous avons été très bons en première mi-temps, mais les choses ont commencé à se gâter au retour des vestiaires. Nous avons pris deux buts évitables, ce qui nous a forcés à sortir de notre zone de confort. C’était peut-être le genre de match dont nous avions besoin. Nous étions pratiquement éliminés ; nous n’en sommes que plus heureux d’être toujours là.” – Eden Hazard, attaquant de la Belgique

“Nous avons très bien joué et nous avons failli gagner, mais un excellent contre a fait la différence. La façon dont nous avons perdu est décevante. Nous avions très bien préparé ce match et nous étions prêts pour la prolongation. Il n’en reste pas moins que nous avons perdu, après avoir compté deux buts d’avance.” – Akira Nishino, sélectionneur du Japon

🔜 Et après ?

Au tour suivant, la Belgique s’offre une victoire de prestige sur le Brésil en quart de finale, avant d’affronter la France dans le dernier carré. Les hommes de Martinez dominent une bonne partie de la rencontre, mais ils ne parviennent pas à trouver la faille dans la défense des Bleus, qui s’imposent finalement sur une tête victorieuse de Samuel Umtiti.