Tournoi Olympique de Football 2020 – Féminin


© imago images

  • Wang Shuang est la star de l’équipe de RP Chine
  • Elle a grandement contribué à la qualification de son équipe pour Tokyo 2020
  • Elle revient sur cette performance au micro de FIFA.com

Fin du match, hier, à Suzhou : Wang Shuang, en pleurs, enlace ses coéquipières de la RP Chine après 120 minutes de jeu. Les nerfs peuvent retomber après cette rencontre face à la République de Corée, décisive pour le Tournoi Olympique de Football féminin, Tokyo 2020 et que les deux pays attendaient de disputer depuis un an, mais que la pandémie de COVID-19 avait repoussée.

À l’aller en République de Corée, les Roses d’acier de Jia Xiuquan l’emportent 2-1 grâce au but décisif de Wang, mais les Guerrières Taeguk répliquent au match retour et mènent 2-0 à la pause. Alors qu’il ne reste que 20 minutes de jeu, Wang trouve la tête de la grande Yang Man sur coup franc, ce qui permet aux Chinoises d’égaliser sur l’ensemble des deux matches. Wang donnera le coup de grâce en prolongation.

“Nous voilà qualifiées pour les Jeux Olympiques”, se réjouit Wang au micro de FIFA.com. “Les efforts collectifs de l’équipe ont porté leurs fruits. C’est impossible de sortir une joueuse du lot dans ce match parce que tout le monde a joué un rôle clé. On s’est battues sur tous les ballons en attaque et on s’est serré les coudes en défense. L’équipe toute entière a brillé sur les deux matches pour répondre aux attentes.”

C’est en février 2020 que la Chine lance sa campagne qualificative pour les Jeux Olympiques, au moment même où la pandémie de COVID-19 éclate. Habitant à Wuhan, Wang rate la phase de groupe en Australie car sa ville est confinée. Bloquée chez elle, l’intéressée ne reste cependant pas les bras croisés. Elle décide donc de concocter un plan d’entraînement personnalisé. Les vidéos de ses entraînements en intérieur font même le buzz.

Alors que la Chine reprend vite le contrôle de la situation, Wang est rappelée en équipe nationale en mai dernier, pour un stage. Heureuse de rechausser les crampons, Wang travaille dur à son retour et retrouve le meilleur de sa forme. Les dates des barrages sont alors annoncées, et Wang et ses coéquipières redoublent d’efforts.

“On a dû passer par un stage de 130 jours très difficile”, explique Wang. “On courait 10 km à chaque séance d’entraînement. On était plus que prêtes pour les barrages et on a réussi à prendre le dessus.”

Palmarès de la Chine aux JO

  • Atlanta 1996 : finaliste
  • Sydney 2000 : phase de groupe
  • Athènes 2004 : phase de groupe
  • Beijing 2008 : quarts de finale
  • Rio 2016 : quarts de finale

Leurs ambitions à Tokyo

En l’occurrence, Wang savait mieux que quiconque combien le chemin vers les JO était jalonné d’obstacles. Elle a fait partie de l’équipe de Chine qui s’est qualifiée pour Rio 2016. Excellente pendant les matches qualificatifs, elle a notamment inscrit le but égalisateur, sur penalty dans le temps additionnel, lors du nul 1-1 contre la RDP Corée.

Les Roses d’acier ont enchaîné en éliminant les hôtesses japonaises et la République de Corée pour se qualifier pour le Tournoi Olympique de Football féminin. Titulaire dans les quatre rencontres de la Chine qui atteint les quarts de finale, Wang et la Chine ont été éliminées 1-0 par l’Allemagne, future championne.

À partir de là, Wang a poursuivi sa progression en club et en équipe nationale. Elle a remporté le titre de championne nationale à deux reprises avec Dalian et a aidé la Chine à décrocher la deuxième place aux Jeux asiatiques 2018. La même année, elle a signé au Paris Saint-Germain et a été élue Joueuse de l’année de l’AFC.

“Franchement, j’ai beaucoup mûri, surtout sur le plan mental. Depuis les derniers Jeux Olympiques et les deux dernières éditions de la Coupe du Monde Féminine, je suis plus forte psychologiquement,” affirme la joueuse de 26 ans avant de conclure : “On espère évidemment faire de belles choses à Tokyo.”

Wang Shuang during her France 2019 photo session

© Getty Images