Australie/Nouvelle-Zélande 2023


© Getty Images

  • Les effectifs de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande sont stables depuis plusieurs années
  • Les deux pays organiseront la Coupe du Monde Féminine 2023
  • Gros plan sur quelques nouvelles venues qui espèrent être de la fête en 2023

L’Australie et la Nouvelle-Zélande accueilliront la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ en 2023. Depuis quelques années, les deux pays s’appuient sur des effectifs relativement stables.Mais les sélectionneurs Tom Sermanni et Tony Gustavsson chercheront à étoffer leurs groupes respectifs au cours des deux prochaines années, avec le Tournoi Olympique de Football féminin en répétition générale.

La saison de W-League australienne, qui s’est achevée le 11 avril dernier, a été l’occasion de découvrir plusieurs candidates à une place en équipe nationale. Au cours des 18 derniers mois, de nombreuses Matildas sont parties tenter leur chance en Europe. Quelques joueuses prometteuses ont profité de cet appel d’air pour se faire un nom sur la scène nationale.

FIFA.com dresse le portrait de ces aspirantes qui rêvent d’être de la fête lors du rendez-vous mondial de 2023.

Kyra Cooney-Cross (AUS)

“C’est la joueuse australienne la plus talentueuse. Elle sait tout faire.” voilà comment Jeff Hopkins, considéré comme le meilleur entraîneur de W-League, décrit sa protégée. À 19 ans, elle est titulaire indiscutable à Melbourne Victory, et l’une des attractions de la W-League. Réserviste de la sélection australienne en 2019 et internationale depuis l’âge de 15 ans, Cooney-Cross possède déjà une solide expérience du haut niveau. À la manœuvre au milieu de terrain, elle est l’une des instigatrices du sacre de Melbourne Victory cette saison.

Olivia Chance (NZL)

Chance faisait déjà partie du groupe qui a voyagé en France en 2019. Ces derniers mois n’ont fait que confirmer sa trajectoire ascendante. Omniprésente en milieu de terrain, elle s’est fait remarquer sous les couleurs de Brisbane Roar, notamment pour la qualité du tandem qu’elle forme avec l’Australienne Tameka Yallop. Non contente de figurer parmi les joueuses les plus efficaces lorsqu’il s’agit de servir ses partenaires dans de bonnes conditions, elle inscrit à l’occasion des buts spectaculaires.

Clare Wheeler (AUS)

Travailleuse de l’ombre durant plusieurs années aux Newcastle Jets, Clare Wheeler incarne la nouvelle génération de joueuses qui ont su profiter du départ de leurs prestigieuses aînées pour briller. Dans un rôle beaucoup plus avancé au Sydney FC, elle a ajouté une touche de créativité à son impressionnant volume de jeu. Son entraîneur en est persuadé, la sélection n’est pas loin. “Elle est géniale”, assure Ante Juric. “Elle devrait déjà faire partie des Matildas. Je ne dis pas demain ou après-demain ; je serais vraiment très surpris si elle n’était pas convoquée dès le prochain rassemblement.”

Claudia Bunge (NZL)

“Elle a gagné en maturité. Ses performances sont plus consistantes, elle est plus complète et j’espère qu’elle va continuer dans cette voie”, confiait Tom Sermanni lors de la première convocation de Claudia Bunge, il y a 18 mois. Le sélectionneur des Football Ferns est sans doute ravi du bilan de la première saison complète de sa défenseuse centrale. Très impliquée dans la conquête du titre de Melbourne Victory, Bunge s’impose de plus en plus comme l’héritière de l’inusable Abby Erceg.

Jada Whyman (AUS)

Deuxième plus jeune gardienne à disputer un match de W-League, à 16 ans, Whyman recevait deux ans plus tard sa première convocation en équipe nationale. Le 11 avril 2021, elle a été élue Joueuse du Match lors de la grande finale. Comme Lydia Williams, Whyman est d’origine aborigène. À l’image de son idole, elle a grandi à la campagne, avant de déménager à Canberra pour travailler sous les ordres de l’ancien entraîneur des gardiennes des Matildas, Paul Jones. “Dès que je l’ai vue, j’ai su que Jada était une athlète hors du commun”, raconte l’intéressé. “Elle me faisait énormément penser à Lydia au même âge.”

Paige Satchell (NZL)

Autrice d’une brève apparition lors de France 2019, la véloce Paige Satchell pourrait compter parmi les atouts offensifs des Football Ferns en 2023. Ancienne championne de cross-country au niveau national, elle possède une pointe de vitesse qui fait d’elle l’une des joueuses les plus rapides de l’effectif australien. Malgré son petit gabarit, Satchell s’est distinguée lors de plusieurs Coupes du Monde Féminines de jeunes avec la Nouvelle-Zélande. Après un bref passage au SC Sand, en Allemagne, elle a brillé avec Canberra pour sa deuxième saison chez les professionnelles.