• Al Ahly SC débutera la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Qatar 2020™ contre Al Duhail SC
  • Le vainqueur affrontera le Bayern Munich en demi-finale
  • Pitso Mosimane, entraîneur d’Al Ahly, parle des chances de son équipe

Après sept années d’absence, le club égyptien d’Al Ahly SC fait son retour en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Les Diables rouges sont en quête de revanche au vu des résultats obtenus lors des éditions antérieures. À l’issue du tirage au sort qui a eu lieu au siège de la FIFA, à Zurich, le 19 janvier dernier, les champions d’Afrique en titre affronteront les Qataris d’Al Duhail SC, hôtes de la compétition. Le vainqueur de ce match affrontera en demi-finale le Bayern Munich, géant du football allemand, européen et mondial.

“Al Duhail est une bonne équipe. Elle a gagné la Stars League du Qatar, un championnat très compétitif auquel participent des formations de qualité, comme Al Sadd, entraînée par Xavi. Al Duhail a remporté ce championnat parce qu’il possède lui aussi d’excellents joueurs et a démontré son potentiel. Mario Mandžukić a lui aussi joué dans ce club jusqu’à récemment. Maintenant que nous connaissons notre adversaire, nous allons l’étudier”, explique à FIFA.com Pitso Mosimane, entraîneur d’Al Ahly, au sujet du premier match de son équipe dans le tournoi.

 Players of Egypt s Al Ahly celebrate during the trophy ceremony

Une mission difficile

Le Sud-Africain insiste sur le haut niveau des équipes présentes et donc du tournoi à venir. “Toutes les équipes et tous les entraîneurs croient en leur capacité à gagner le titre, mais la réalité montre que contre des adversaires du calibre du Bayern Munich ou du vainqueur de la Copa Libertadores, la mission va être difficile”, poursuit-il.

“Nous disposons d’excellents joueurs. Tout le monde parle de Mohamed Afsha Magdy, peut-être parce qu’il a joué un rôle crucial dans notre qualification pour cette Coupe du Monde des Clubs, avec tous les buts qu’il a marqués. Mais rien de tout cela n’aurait été possible sans l’aide de ses coéquipiers. Il est en forme et répond présent dans les matches importants”, précise l’entraîneur. ‘Il ne faut pas oublier qu’il est international égyptien. Nous sommes particulièrement heureux de pouvoir compter sur lui, avec toutes ses qualités, son sens du but. Dans son rôle de milieu offensif, il nous est très précieux pour créer des espaces.”

L’expérience pour faire pencher la balance

Pitso Mosimane a participé à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2016, comme entraîneur de la formation africaine des Mamelodi Sundowns. “Ça a été un tournoi difficile. Le premier obstacle était le décalage horaire de six heures entre les deux pays, ainsi que le froid à Osaka, car c’était l’hiver. Et franchement, nos adversaires ont été meilleurs que nous”, reconnaît-il. “Nous avons perdu contre les Sud-Coréens de Jeonbuk (4-1) et les Japonais de Kashima Antlers (3-0). Ça a été douloureux pour nous et nous aurions beaucoup aimé donner une meilleure image de nous-mêmes, ne serait-ce qu’en marquant un but contre Kashima”, se souvient-il.

“C’était la première expérience du club en Coupe du Monde des Clubs et je crois que nous avons ressenti de trac, comme avant d’entrer sur une scène impressionnante. Nous n’avons pas été mauvais et précisément, ça démontre le niveau de la compétition”, insistant sur le fait que seuls le TP Mazembe et le Raja de Casablanca sont les seuls clubs africains à avoir atteint la finale. “La tâche n’est jamais facile.”

 Players of Egypt s Al Ahly celebrate during the trophy ceremony

Une affiche qui fait rêver

En participant à à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Qatar 2020™, l’entraîneur d’Al Ahly rêve de défier les meilleurs clubs du monde. Celui-ci pourrait être exaucé dès le tour suivant en case de victoire en ouverture. “Si nous battons Al Duhail, nous affronterons ensuite le Bayern. La tâche ne sera pas simple, mais en même temps nous n’aurons rien à perdre”, annonce Mosimane.” Nous devons évoluer à notre meilleur niveau et représenter correctement notre continent et notre pays pour qu’ils soient fiers de nous. Si nous donnons tout sur le terrain et que cela se traduit par une défaite, ils seront satisfaits quand même, car le niveau est très élevé”, fait-il remarquer. “Nous disposons d’une bonne équipe et nous croyons en notre capacité à atteindre des objectifs élevés. Nous espérons avoir l’opportunité de jouer le Bayern. Ce serait un bonheur et un honneur, car nous n’aurions pas la pression.”

Al Ahly a déjà participé à cinq éditions de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, sans jamais parvenir à atteindre le deuxième tour. “C’était avec la génération de Mohamed Aboutrika, qui n’a jamais réussi à atteindre la finale. Aujourd’hui, l’équipe a changé, l’époque aussi et la dernière participation du club au tournoi date d’il y a déjà sept ans”, tient cependant à tempérer Mosimane. “Sur 90 minutes, nous pouvons toujours créer la surprise à partir du moment où nous donnons tout ce que nous avons le jour du match.”

À titre personnel, l’expérience d’avoir déjà participé au tournoi pourra-t-elle être utile au technicien sud-africain ? “J’y ai pris part avec les Sundowns. C’est un tournoi difficile. Il s’agit d’une compétition de la FIFA et du point de vue de l’organisation, c’est incomparable”, détaille-t-il. “Tout est fantastique : les hôtels, les voyages… Mais le niveau toujours est très élevé. Lors de notre participation en 2016, même le représentant sud-américain n’avait pas réussi à atteindre la finale”, rappelle-t-il, avant de conclure sur une lueur d’espoir. “Le football est un sport merveilleux, qui peut aboutir à des choses inespérées. Nous devons nous inspirer de ce qu’avait réussi le TP Mazembe.”

Al Ahly players celebrate