• L’Italie et les Pays-Bas ne s’étaient pas qualifiés pour Russie 2018
  • Depuis, les deux sélections ont rebondi de façon impressionnante
  • En amont de leur campagne qualificative pour Qatar 2022, voyons ce qui a changé pour elles

La Gazzetta dello Sport parlait d’apocalypse et pour l’Italie, quadruple championne du monde, la non qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ y ressemblait beaucoup.

Pour les Pays-Bas, finalistes et médaillés de bronze lors des deux précédentes éditions, ne pas accéder à Russie 2018 était impensable. Pour ces deux habitués des hautes sphères de la Coupe du Monde, c’est la Suède qui, sans stars dans ses rangs mais suffisamment expérimentée pour jouer les trouble-fêtes, a les deux fois enfilé le costume du bourreau.

Pour l’Italie, l’image symbolique de cette défaite en play-offs a été celle d’un Gianluigi Buffon inconsolable, quittant le terrain en larmes. Pour les Pays-Bas, la chronique du désastre annoncé a été la déclaration de Dick Advocaat, qui avait jugé “stupide” l’idée que les Suédois pouvaient gagner par huit buts d’écart contre le Luxembourg. Grossière erreur.

Dans les deux cas, la déroute était évidemment annonciatrice de changements. Ils ont eu lieu… et ont produit les effets escomptés. Alors que les qualifications européennes pour la prochaine Coupe du Monde de la FIFA vont bientôt commencer, Oranje comme Azzurri peuvent entretenir les plus beaux espoirs.


© Getty Images

Italie

Roberto Mancini a dit qu’il se trouvait face à “un gros problème”. Un problème de riches en quelque sorte : celui d’avoir à choisir entre une multitude de joueurs qui méritent d’être intégrés à l’équipe nationale.

“Ça s’annonçait difficile mais ces derniers mois, plusieurs joueurs ont percé et ont été vraiment excellents”, déclare Mancini, qui a lancé plusieurs jeunes au cours de la campagne triomphante de l’Italie lors de la phase de groupes de la Ligue des Nations de l’UEFA 2020/21.

Marcello Lippi ne tarit pas d’éloges à l’égard de l’ancien manager de Manchester City, affirmant qu’il a permis à la Nazionale de “redorer le magnifique blason du football italien”. Tite – dans un entretien accordé à FIFA.com – comparait Mancini à Arrigo Sacchi en louant le style “spectaculaire” mis en place par le sélectionneur des Azzurri.

“Nous avons essayé de proposer un football plus offensif”, explique le principal intéressé. “Pour cela, il faut avoir la mentalité adéquate et adopter un style de jeu que toutes les grandes équipes pratiquent. En Italie, nous n’avons jamais manqué de joueurs. Il faut juste leur donner la confiance et l’opportunité de s’exprimer.”

Roberto Mancini acknowledges Federico Chiesa.

© imago images

Les résultats post-Russie 2018

  • Qualification pour l’UEFA EURO 2020 sans avoir laissé échapper le moindre point et avec un total de 37 buts marqués sur 10 matches, pour seulement 4 concédés.
  • Nouveau record national de matches gagnés au cours d’une année calendaire.
  • Dans le Groupe A1 de la Ligue des Nations de l’UEFA 2020/21, l’Italie a terminé première, sans jamais avoir connu la défaite.

Ce qui a changé

Le 4-3-3 est devenu la norme mais surtout, c’est le parti pris d’un football offensif basé sur la possession de balle qui est à la base de la révolution Mancini.

Le joueur à suivre

Lorsque Federico Chiesa a rejoint la Juventus, rares étaient les sceptiques quant aux perspectives de cet homme de couloir intelligent et dynamique, qui est devenu incontournable en club comme en équipe nationale. Mancini, qui a joué aux côtés de Enrico Chiesa à la Sampdoria, dit de Federico qu’il est capable de “couvrir plus de terrain” que son père, qui a lui aussi été international italien.

Les adversaires à venir pour l’Italie dans les qualifications

  • Irlande du Nord (à domicile), 25 mars
  • Bulgarie (à l’extérieur), 28 mars
  • Lituanie (à l’extérieur), 31 mars

Pays-Bas

Alors que la renaissance de l’Italie a eu lieu sous les ordres de Mancini, les Pays-Bas ont refait surface grâce à un sélectionneur qui n’est plus aux commandes. Ronald Koeman a été l’ingénieur de la transformation spectaculaire d’une équipe qui n’a réussi à se qualifier pour aucune des deux dernières compétitions majeures, malgré l’émergence, entre autres, de Virgil van Dijk, Frenkie de Jong et Memphis Depay.

On savait que Koeman risquait de partir pour Barcelone et son remplaçant, Frank de Boer, n’a pas donné beaucoup de garanties après son arrivée au poste de sélectionneur, avec aucune victoire au cours de ses quatre premières prestations sur le banc néerlandais.

Mais plus récemment, des résultats nuls contre l’Italie et l’Espagne ont suivi deux victoires consécutives, contre la Pologne et la Bosnie-Herzégovine. Cela permet aux Pays-Bas d’aborder les qualifications pour la Coupe du Monde avec une confiance au beau fixe.

Jorginho of Italy competes for the ball with Frenkie De Jong of Netherlands during the UEFA Nations League group stage match between Italy and Netherlands at Stadio Atleti Azzurri d'Italia on October 14, 2020 in Bergamo, Italy. 

© Getty Images

Les résultats post-Russie 2018

  • Qualification pour la finale de la Ligue des Nations de l’UEFA 2019, après des victoires sur la France, l’Allemagne et l’Angleterre.
  • Qualification l’UEFA EURO 2020, après deux échecs consécutifs dans les compétitions préliminaires de tournois majeurs.

Ce qui a changé

Le 4-3-3 traditionnel des Pays-Bas a été quasiment abandonné. De Boer – comme son prédécesseur – privilégie un 4-2-3-1 basé sur beaucoup de pressing et de dynamisme.

Le joueur à suivre

Van Dijk, le capitaine au sang-froid, autoritaire et plein de classe, manque toujours cruellement à l’équipe, tandis que Frenkie de Jong est le “moteur” de cette équipe des Pays-Bas, en tout cas selon Memphis Depay, qui de son côté tient la baraque sur le plan offensif pour ces Oranje new-look. Décrit par De Boer comme un joueur “qui a tout”, Depay a été éblouissant lors des qualifications pour l’EURO 2020, inscrivant 6 buts et donnant 8 ballons décisifs.

Les adversaires à venir pour les Pays-Bas dans les qualifications

  • Turquie (à l’extérieur), 24 mars
  • Lettonie (à domicile), 27 mars
  • Gibraltar (à domicile), 30 mars