• La Somalie a remporté son premier match de qualification pour une Coupe du Monde en septembre 2019
  • Ce succès face au Zimbabwe n’a pas suffi pour se qualifier pour le tour suivant
  • Mais cette victoire a eu un immense impact, à en croire Mohamud Ali, défenseur de la sélection

“N’abandonne pas, endure maintenant et vis le reste de ta vie comme un champion”. Un défenseur de l’équipe de Somalie a fait sienne la devise de Mohamed Ali, légende de la boxe. Ce joueur est entré dans la légende du football de son pays après avoir contribué à la première victoire de l’histoire des Ocean Stars en match de qualification pour une Coupe du Monde de la FIFA (1-0), en septembre 2019 face au Zimbabwe. Son nom ? Mohamud Ali.

“C’est évidemment un nom spécial, mais j’en suis très fier. C’est une référence dans le monde du sport. Bien sûr, on m’a souvent fait des blagues à propos de ce nom, mais dans l’ensemble il n’a pas été trop dur à porter, bien au contraire” confie l’intéressé au micro de FIFA.com. “Je ne saurai me comparer à cette légende. Et nos disciplines sont très différentes. Cela dit, comme Mohamed Ali, je suis un gagnant. La quête de la victoire est inscrite dans mon ADN.”

Une cerise sur le gâteau

L’arrière-central de 26 ans en a fait la preuve il y a un an, sous le regard de tout le continent africain. Impeccable tout au long des 90 minutes de la victoire somalienne face aux Warriors, Mohamud Ali a (7 sélections, 0 but) grandement contribué à mettre le Zimbabwe dans les cordes, ayant été élu homme du match lors de ce succès historique.

“Je ne sais pas si c’est le meilleur match que j’ai joué, c’est en tout cas le plus beau auquel j’ai pris part ! L’atmosphère, l’enjeu, l’intensité… J’ai la chair de poule rien que d’y penser. Je n’avais jamais vécu cela” analyse-t-il. “Je n’ai pas trop mal joué, mais c’était vraiment une performance collective. Honnêtement, je ne retiens que la victoire. Mon trophée d’homme du match n’est qu’un bonus.”

Pouvoir représenter mon pays dans une campagne qualificative pour une Coupe du Monde, était déjà quelque chose de fantastique pour moi. Gagner un match est au-delà du réel

Mohamud Ali

La Somalie ne s’est évidemment pas contentée de cette victoire. Au deuxième round, à Harare, elle a poussé dans ses retranchements une équipe du Zimbabwe classée 111ème au Classement FIFA, soit 85 rangs plus hautqu’elle. Les Oceans Stars sont finalement allés au tapis à la 77ème minute de jeu, avant d’être mis K.0. sur le gong, laissant échapper leur qualification pour le 2e tour des pour Qatar 2022 (3-1).

“Sur le papier, il y avait un fossé entre la somalie et le Zimbabwe” constate Mohamud Ali. “Mais on les a bousculé et poussé jusqu’au temps additionnel du match retour… c’est évidemment décevant de ne pas être parvenu à décrocher la qualification, mais nous pouvons être fiers de nous. Nous nous sommes bien battus”.

Le saviez-vous ?

. Le capitaine de la sélection somalienne n’est autre qu’Ahmed Ali, frère de Mohamud. “C’est mon mon modèle. Vivre tout cela avec lui a rendu l’expérience encore plus incroyable”.
. Football semi-professionnel, Mohamud Ali est par ailleurs moniteur d’auto-école
. Il est né aux Pays-Bas et a passé la majeure partie de sa carrière en Angleterre. Il joue aujourd’hui au Southport FC en 6ème division anglaise

© Others

Victoire & Espoir

Vierge de toute qualification à un tournoi majeur, la Somalie est loin d’être un poids lourd en matière de football. Le pays se contentera forcément de cette victoire historique, lui qui a du mal à se relever de la guerre civile qui l’a frappé dans les années 90. “Une victoire comme cela fédère, elle apporte de la joie. Elle a eu un impact massif : tout le pays en a parlé”, souligne-t-il. “La Somalie est un pays de football, elle est en passionnée. Par la force des choses, le ballon rond a longtemps été relégué à un second plan. Mais cette victoire augure le meilleur pour l’avenir !”

“Le potentiel est immense et ça ne peut malheureusement pas se refléter au Classement FIFA. Mais l’objectif est d’organiser davantage de matches, et de grimper à l’échelon mondial. Nous sommes dans le début d’un processus qui a commencé avec cette victoire face au Zimbabwe. Je crois vraiment que cela va ouvrir des portes à la prochaine génération”, ajoute le défenseur de 26 ans avant de conclure : “Et pourquoi pas réussir à disputer une Coupe d’Afrique des Nations ?”

“Qui n’a pas d’imagination n’a pas d’ailes” a également dit Mohamed Ali…