L’affiche

Pérou-Brésil, Estadio Nacional (Lima)

Ricardo Gareca sait que le match nul au Paraguay aura une autre saveur si le Pérou obtient un bon résultat contre le Brésil à domicile. Le sélectionneur reconduira le 4-3-3 qu’il affectionne tant, et ce malgré la force de frappe affichée par les Paraguayens lors de la première journée.

Il convient de rappeler qu’après avoir perdu deux fois contre les Brésiliens lors de la Copa América 2019, y compris en finale, les Péruviens ont remporté la dernière confrontation entre les deux équipes, lors d’un match amical disputé aux États-Unis.

Pour Tite, “ces résultats appartiennent au passé”. Le coach de la Seleção ne s’inquiète pas non plus du fait que Neymar n’ait pas marqué lors de la victoire 5-0. “Il a été à la hauteur de ses responsabilités, à savoir produire du jeu, prendre le ballon et créer. Le football est un sport d’équipe”, a ajouté l’entraîneur.

0

Le Pérou n’a jamais battu le Brésil en qualifications, avec un bilan de quatre nuls et sept défaites sur onze matches, les trois dernières de façon consécutive et sans marquer le moindre but.

Les autres matches

Après sa courte victoire lors de la première journée, l’Argentine se prépare à affronter à La Paz une équipe de Bolivie qui a pris l’eau lors de ses débuts. Mais le déplacement dans les Andes n’est jamais simple pour les Albicelestes, qui se sont certes déjà imposées à trois reprises là-bas en qualifications, mais la dernière fois remonte à 2005. Depuis, Messi et ses coéquipiers ont enregistré un nul et deux défaites, dont une débâcle 1-6 en 2009. César Farias prévoit un certain nombre de changements, notamment l’arrivée dans le secteur offensif de l’expérimenté Marcelo Martins.

Autre équipe à l’avoir emporté lors de la première journée, l’Uruguay sera lui aussi en visite dans les Andes, à Quito, où il affrontera l’Équateur. Oscar Tabarez ne pourra pas compter sur Giorgian De Arrascaeta, blessé, mais il envisage d’associer un deuxième attaquant de pointe à Luis Suarez. La Tri, qui a remporté ses deux derniers matches de qualifications contre la Celeste à domicile, pourrait faire jusqu’à cinq changements dans son onze de départ par rapport à sa dernière sortie, afin de trouver les arguments offensifs qui lui ont tant manqués en Argentine.

À Santiago, le Chili accueillera la Colombie avec l’obligation de se remettre sur les rails après sa défaite en Uruguay. Reinaldo Rueda attend avec impatience le retour de l’expérimenté Mauricio Isla, qui a déjà récupéré de son coronavirus, un changement qui pourrait être significatif étant donné la puissance offensive des Cafeteros, très prolifiques lors de la première journée. Dans les rangs colombiens, Santiago Arias sera absent pour cause de blessure. Reste à voir s’il y aura d’autres changements du côté des visiteurs.

A Mérida, le Venezuela cherchera à faire oublier ses débuts délicats, contre une équipe du Paraguay qui a laissé échapper deux points sur le tard lors de la première journée. “Ce n’est pas la question d’être plus offensif ou plus défensif. C’est un problème d’équilibre”, a déclaré José Peseiro, quand on lui a demandé pourquoi il avait titularisé Yeferson Soteldo. De son côté, Eduardo Berizzo envisage lui aussi des changements, parmi lesquels l’arrivée d’Angel Romero en tant que titulaire.

Le joueur à suivre

Marcelo Moreno Martins (Bolivie)

Le buteur bolivien de 33 ans est l’un des joueurs préservés par César Farias en vue du match contre l’Argentine. C’est compréhensible : sur les cinq fois où il a joué contre les Albicelestes en éliminatoires, il a marqué dans quatre matches (en 2009, 2011, 2012 et 2017).

Le saviez-vous ?

Le Colombien Reinaldo Rueda affrontera son pays natal pour la septième fois de sa carrière d’entraîneur. Jusqu’à présent, il l’a fait deux fois avec le Chili (2 nuls), trois fois avec l’Équateur (1 victoire et 2 défaites) et une fois avec le Honduras (victoire).