• Les Indes orientales néerlandaises sont entrées dans l’histoire
  • C’est l’ancien nom de l’Indonésie
  • Premier représentant asiatique en Coupe du Monde, le 5 juin 1938, contre la Hongrie

Lorsqu’on évoque le premier pays à représenter l’Asie en Coupe du Monde de la FIFA™, la plupart des gens pensent immédiatement à la République de Corée. Pourtant, les Guerriers Taeguk, demi-finalistes en 2002, n’ont fait leur première sortie en phase finale qu’en 1954.

Peut-être le Japon, alors ? Perdu : les Samouraïs Bleus n’ont manqué aucune édition de l’épreuve suprême depuis 1998, mais ils ne s’étaient jamais qualifiés auparavant. On pourrait également citer l’Australie, mais les Socceroos n’ont fait leurs premiers pas en Coupe du Monde qu’en 1974, alors qu’ils représentaient encore l’Océanie.

Le premier représentant asiatique a fait son apparition dès la troisième édition du grand rendez-vous mondial, France 1938. Il faut bien avouer en revanche que cette équipe a, depuis, un peu sombré dans l’oubli. Cette mystérieuse sélection n’est autre que les Indes orientales néerlandaises, l’ancien nom de l’Indonésie.

À l’époque, deux formations asiatiques annoncent leur intention de participer aux qualifications pour la Coupe du Monde 1938 : le Japon et les Indes orientales néerlandaises. Les deux pays auraient dû s’affronter dans le Groupe 12 mais, suite au retrait du premier, les secondes valident leur billet pour la phase finale qui doit avoir lieu en Europe.

Il existe à l’époque deux fédérations de football des Indes orientales néerlandaises : une pour les Néerlandais, l’autre pour les autochtones. Finalement, c’est une sélection réunissant des joueurs des deux fédérations qui entreprend ce long et périlleux voyage. La fusion ne se fait toutefois pas sans heurts, certains footballeurs indonésiens refusant de jouer aux côtés des colons.

Après plusieurs semaines de traversée en bateau, une équipe au maillot orange affronte la Hongrie à Reims, le 5 juin 1938. Une décennie avant l’avènement des “Magyars Magiques”, les Hongrois affichent déjà une supériorité écrasante. Les Indes orientales néerlandaises s’inclinent 6-0 face au futur finaliste de l’épreuve. La Hongrie poursuit sa route jusqu’en finale, mais chute (4-2) contre l’Italie, tenante du titre.

À cette époque, tous les matches étaient éliminatoires. Pour les Indes orientales néerlandaises l’aventure s’achève donc dès la première rencontre. “Peu importe le résultat, j’ai représenté l’Indonésie.” Ces paroles, Tjaak Pattiwael, ancien joueur des Indes orientales néerlandaises, n’a eu de cesse de les répéter à son fils Yohannes. Pattiwael a même trouvé le chemin des filets face aux Hongrois, même si son but a finalement été annulé pour cause de hors-jeu.

L’Indonésie, qui a obtenu son indépendance en 1954, fait partie des membres fondateurs de l’AFC. Elle ne s’est toutefois jamais qualifiée pour une phase finale de Coupe du Monde depuis cette époque. En 1986, les Indonésiens ont chuté face à la République de Corée en demi-finales des qualifications asiatiques. Actuellement, l’équipe court toujours après ses premiers points dans le Groupe G des préliminaires de Qatar 2022, dont elle occupe la dernière place.