• Deux géants du football égyptien s’affrontent en finale de la Ligue des champions de la CAF
  • Al Ahly et Zamalek totalisent à eux deux 13 titres de champions d’Afrique
  • Gros plan sur les forces en présence

Après avoir failli être annulée en raison de la pandémie de coronavirus, la Ligue des champions de la CAF 2020 s’achèvera le 27 novembre prochain, mais à huis clos. Et quelle meilleure manière de clôturer le tournoi qu’avec une finale sur un seul match, qui oppose deux géants du football égyptien et africain ?

Vainqueurs 13 fois à eux deux de la Coupe d’Afrique des champions/Ligue des champions, Al Ahly (huit titres) et Zamalek (cinq) vont s’affronter pour la première fois dans un match qualifié en Égypte de “finale du siècle”.

Le Derby du Caire met en jeu un titre de roi d’Afrique et l’honneur de représenter la CAF à la Coupe du Monde des Clubs FIFA 2020, qui se déroulera en février prochain au Qatar.

FIFA.com revient sur le parcours des deux équipes jusqu’en finale et examine les forces en présence.

Atouts offensifs

Les deux équipes ont brillé offensivement tout au long du tournoi. Al Ahly a inscrit 34 buts jusqu’à présent (répartis entre 14 joueurs) dont 19 lors des tours préliminaires, sept en phase de groupes et huit dans les matches à élimination directe. Des joueurs de tous les postes, à l’exception du gardien de but, ont réussi à faire trembler les filets adverses, Hussein El Shahat se montrant le plus efficace avec six buts, inscrits depuis son flanc droit.

Le Tunisien Ali Maaloul joue également un rôle important dans la création et la finition. Théoriquement arrière gauche, il a déjà marqué quatre fois et évolue régulièrement dans les 30 derniers mètres adverses. Il est particulièrement adroit sur les centres et les coups de pied arrêtés.

Quant à Zamalek, ses 28 buts (15 lors des tours préliminaires, cinq lors de la phase de groupe et huit lors des matches à élimination directe) sont répartis entre 10 joueurs, des attaquants pour la plupart. L’avant-centre Mostafa Mohamed a fait trembler les filets huit fois, soit une de plus que son coéquipier ailier gauche, le Marocain Achraf Bencharki.

Dynamisme en milieu de terrain

Les deux équipes disposent de milieux de terrain variés, capables de se concentrer sur la défense, la création, l’attaque et même la finition si nécessaire. Al Ahly s’appuie principalement sur son trio composé d’Amr El Solia (12 matches), du Malien Aliou Dieng (11) et de Mohamed Magdy “Afsha” (9). Leur capacité à donner du liant au jeu et à déclencher des attaques en fait des éléments indispensables au système des Diables rouges.

Le milieu de terrain de Zamalek repose principalement sur deux hommes clés, qui ont tous deux disputé 10 matches dans la présente édition du tournoi : Tarek Hamed, milieu de terrain défensif expérimenté et infatigable, est souvent le premier à stopper les incursions adverses par sa ténacité dans la récupération du ballon et sa combativité. Le Tunisien Ferjani Sassi mène les débats dans l’entrejeu grâce à sa vision du jeu et sa précision de passe.

Sur la ligne

Face à des attaques inspirées, le poste de gardien de but pourrait être l’un des facteurs clés dans la conquête du titre. Al Ahly s’en remettra à Mohamed El Shenawy, qui a représenté l’Égypte à la Coupe du Monde de la FIFA 2018™. Ces deux dernières saisons, sa contribution est devenue de plus en plus précieuse grâce à ses arrêts décisifs et à sa capacité à diriger et à organiser sa défense.

Depuis le deuxième tour préliminaire, El Shenawy a gardé les cages d’Al Ahly pendant 1 051 minutes réparties sur 12 matches, ne concédant que six buts, soit un but toutes les deux rencontres. Malgré son mètre 91 et ses 86 kg, il est agile, et s’est nettement amélioré au cours des deux dernières années, notamment dans la qualité de ses dégagements.

Zamalek, de son côté, a découvert qu’il possédait une perle rare avec son troisième gardien de but, Mohamed Abu Gabal, qui a enfilé les gants après les blessures successives de Mahmoud Gennesh et de Mohamed Awad. Malgré son manque d’expérience, le gardien d’1m91 a rapidement prouvé sa valeur sur la ligne de but au point de devenir indispensable, surtout après avoir contribué à la victoire de son équipe en Supercoupe de la CAF ainsi qu’en Coupe d’Égypte en début d’année.

Abu Gabal a disputé huit rencontres intégrales (720 minutes) dans cette édition, encaissant cinq buts mais réussissant quatre matches sans encaisser le moindre but. Ses réflexes font de lui une présence rassurante en tant que dernier rempart.