• Le tirage au sort des qualifications de la CAF pour la #FIFAWWC 2023 a eu lieu ce 10 mai
  • La Coupe d’Afrique Féminine des Nations, Maroc 2022 fait office de tournoi qualificatif
  • Derbies et chocs sont à l’affiche du premier tour de ces éliminatoires

L’Afrique a mis le cap sur la Coupe du Monde féminine de la FIFA 2023 et a franchi une première étape sur la route qui l’amènera en Australie/Nouvelle-Zélande ce 10 mai. Le tirage au sort des éliminatoires de la CAF pour cette Coupe du Monde Féminine a en effet eu lieu, au Caire (Egypte) sachant que la Coupe d’Afrique Féminine des Nations, Maroc 2022 fait office de tournoi qualificatif.

Et le spectacle sera garanti d’entrée ! Il n’y aura que des derbies au programme du premier tour des qualifications, les différentes équipes ayant été regroupées selon leur région (CECAFA, COSAFA, UNAF, WAFU, UNIFFAC). Ainsi, et en guise d’exemples, l’Egypte affrontera la Tunisie dans le nord, l’Ouganda se mesurera à l’Ethiopie à l’est. Plus à l’ouest, le Mali a rendez-vous avec la Guinée tandis qu’en Afrique australe, l’Afrique du Sud a rendez-vous avec la Mozambique.

“La Mozambique est une équipe que nous connaissons bien pour l’avoir affronté souvent, notamment en Coupe Cosafa. C’est une équipe physique et qui fait bien tourner le ballon” prévient Desiree Ellis, sélectionneure de l’Afrique du Sud. “Quoi qu’il en soit, on dit toujours qu’il ne faut sous-estimer aucune équipe ! On n’a que deux matches, tout peut aller très vite. Si on ne prend pas au sérieux l’adversaire, ça peut coûter très cher ! Le football féminin a progressé partout, les équipes sont meilleures, il va donc falloir élever notre propre niveau de jeu !”

Mais plus encore que des matches entre voisins, il y aura de véritables chocs à l’occasion de ce premier tour ! Le sort a ainsi voulu que Nigeria et Ghana se rencontrent d’entrée. Avec respectivement huit et trois participations à la Coupe du Monde, ces deux équipes sont celles qui ont représenté l’Afrique le plus de fois lors de l’épreuve reine.

“C’est évidemment un tirage difficile. Nous avons beaucoup de respect pour le Ghana. Nous connaissons ses forces et ses qualités. Mais la tâche a beau être ardue et la pression grande, tout compétiteur doit être prêt à relever ce genre de challenge”, souligne le sélectionneur américain du Nigeria Randy Waldrum. “Je suis d’ores et déjà prêt à me mettre au travail et à préparer cette échéance”.

“Rencontrer une équipe de ce calibre, cela donne l’envie de travailler encore plus” explique Mercy Tagoe, aux commandes du Ghana. “Il y a effectivement un respect mutuel entre nos deux sélections. Reste que cet adversaire va nous demander encore plus d’efforts ! C’est bien de savoir ce qui nous attend. On va pouvoir se mettre au travail avec cet objectif en tête.”

Les équipes victorieuses des premiers tours – au meilleur des deux manches aller/retour – seront qualifiées pour le tour suivant où elles s’affronteront entre rescapées, sur le même format. Un billet pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF sera ensuite délivré aux vainqueurs de ce deuxième tour. La compétition se déroulera en 2022 au Maroc.

Qualifiée pour la CAN en tant qu’hôte, le Maroc rêve d’une première participation à la Coupe du Monde Féminine. La fédération a mis les moyens de ses ambitions s’attachant les services de Reynald Pedros, nommé The Best – Entraîneur de l’Année pour le Football Féminin 2018, en charge aujourd’hui de l’équipe féminine senior.

“On va évidemment suivre ces premiers tours et en particulier les équipes qui dominent régulièrement les débats en Afrique. On attend ces éliminatoires pour pouvoir se positionner. On regardera cela avec autant d’attention que de respect. Nous avons l’ambition de nous hisser parmi les meilleures équipes africaines féminines, et pour cela il ne faut rien laisser au hasard” annonce le technicien français.

Et de conclure : “Il ne faut pas se tromper d’objectif. Le premier, c’est la CAN ! C’est une chance d’être dispensé de ces éliminatoires en tant qu’hôte. C’est formidable que le Maroc puisse recevoir cet évènement. On jouera évidemment cette CAN pour la gagner. On va la préparer comme il se doit. On sait que si on parvient à être en demi-finale, on participera à quelque chose d’exceptionnel qui sera la Coupe du Monde. Ce n’est jamais arrivé au Maroc. Mais ne brûlons pas les étapes !”