• La sixième édition de la SheBelieves Cup aura lieu du 18 au 24 février
  • Match Argentine – Brésil en lever de rideau
  • Trois qualifiés pour Tokyo 2020 en lice

Alors que les équipes poursuivent leurs préparations pour le Tournoi Olympique de Football féminin, Tokyo 2020, les prochains rendez-vous internationaux s’annoncent décisifs. Le Brésil, le Canada et les États-Unis, qui seront justement présents à Tokyo en juillet prochain, participent à la SheBelieves Cup 2021 à partir du 18 février. L’Argentine remplace au pied levé le Japon, contraint de se retirer en raison de la situation sanitaire à l’intérieur de ses frontières.

Les six rencontres auront lieu à l’Exploria Stadium d’Orlando.

Calendrier complet des matches (tous les horaires en heure de l’Est) :

18 février : Brésil – Argentine, 16h00
18 février : États-Unis – Canada, 19h00
21 février : États-Unis – Brésil, 15h00
21 février : Argentine – Canada, 18h00
24 février : Canada – Brésil, 16h00
24 février : États-Unis – Argentine, 19h00

Une riche histoire

La première journée de compétition verra s’affronter de grands rivaux : le Brésil et Argentine, d’une part, et, d’autre part, le Canada et les États-Unis.

L’Albiceleste, qui participe pour la première fois à la SheBelieves Cup, espère confirmer les bonnes impressions laissées lors de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™. En obtenant deux nuls, l’Argentine a inscrit ses premiers points en phase finale. L’année précédente, elle s’était adjugé la troisième place de la Copa América Féminine, malgré deux défaites face au Brésil, futur lauréat de l’épreuve (3-1 en phase de groupes puis 3-0 en phase finale).

Les protégées de Carlos Borrello occupent actuellement la 31ème place du Classement mondial féminin FIFA/Coca-Cola. Elles n’auront donc pas la partie facile face à trois adversaires qui font tous partie du Top 10. Les États-Unis pointent en tête, tandis que le Brésil et le Canada se partagent le huitième rang. Le tournoi s’annonce donc avant tout comme une occasion d’emmagasiner de l’expérience.

La rivalité entre les États-Unis et le Canada compte, quant à elle, parmi les plus intenses de la discipline. Les deux équipes s’affronteront pour la 61ème fois de leur histoire. Toutefois, les deux nations n’ont jamais eu l’occasion de se croiser en SheBelieves Cup, les Canadiennes faisant leurs débuts dans cette compétition en 2021. Lors des qualifications pour Tokyo 2020, les championnes du monde en titre se sont imposées 3-0 face à leurs voisines, grâce à des buts signés Lynn Williams, Lindsey Horan et Megan Rapinoe.

Les Stars and Stripes sont par ailleurs les tenantes du titre en SheBelieves Cup, après avoir devancé l’Espagne, l’Angleterre et le Japon l’année dernière. L’équipe entraînée par Vlatko Andonovski compte dans ses rangs beaucoup de grands noms, comme Carli Lloyd, Megan Rapinoe, Alex Morgan, Crystal Dunn et Julie Ertz, mais le sélectionneur a également convoqué quelques jeunes prometteuses (Catarina Macario, Sophia Smith ou Midge Purce), qui pourraient être alignées face au Canada.

En bref

  • Le Brésil a prolongé le contrat de Pia Sundhage jusqu’en 2024. Pour mémoire, la Suédoise a entraîné la sélection américaine entre 2008 et 2012. Les deux équipes s’affronteront le 21 février.
  • Blessée, l’internationale canadienne et meilleure buteuse internationale Christine Sinclair ne sera pas présente à Orlando.
  • La Canadienne Sophie Schmidt pourrait fêter sa 200ème sélection durant le tournoi.
  • L’Américaine Samantha Mewis, qui n’a pas encore complètement récupéré de sa blessure à la cheville, sera remplacée par Jaelin Howell.

Entendu…

“Sur une échelle de 1 à “déguster une tasse de thé contre l’Angleterre”, je dirais qu’en ce moment, je préfère attendre que le thé refroidisse un peu avant de le goûter. Je ne suis pas encore à mon meilleur niveau, mais je suis sur la bonne voie. J’ai vraiment hâte de disputer ces matches car nous sommes dans une dynamique positive. On a toujours envie de se tester face à des adversaires de haut niveau. Malgré l’absence du Japon, nous allons rencontrer trois équipes extraordinaires. Nous sommes impatientes. Ces matches sont une bonne façon de préparer les Jeux Olympiques.” – Alex Morgan, attaquante des États-Unis

© Getty Images

“Nous avons besoin de renouveler le groupe et pour ça, il nous faut des joueuses compétitives. Nous ne pouvons pas toujours nous reposer sur Marta, Formiga ou Cristiane. Si nous voulons atteindre le très haut niveau, nous devons trouver le bon équilibre entre jeunesse et expérience. Nous avons lancé un grand programme de détection. C’est essentiel si nous voulons trouver des joueuses capables d’intégrer l’équipe. J’espère qu’en nous voyant, les gens se disent : “Voilà une véritable équipe, qui a un projet”. Vous connaissez déjà Marta et Debinha, qui ont longtemps joué aux États-Unis. Elles ont du talent. Moi, j’aimerais vous faire découvrir Rafaelle, qui évolue en Chine. J’espère qu’elle évitera les blessures car elle peut changer la donne en défense” – Pia Sundhage, sélectionneuse du Brésil

Interview de Pia Sundhage

Lire également

Interview de Pia Sundhage

“Compte tenu de la situation actuelle, c’est une formidable opportunité pour certaines joueuses de prouver qu’elles ont les qualités requises pour se faire une place au niveau international. Ce tournoi va nous permettre d’évaluer la profondeur de notre effectif et le niveau de préparation de nos internationales avant les Jeux Olympiques” – Beverly Priestman, sélectionneuse du Canada

Priestman à la tête du Canada

Lire également

Priestman à la tête du Canada