• Lyudmila Karachik enchaîne les buts pour Bunyodkor et l’Ouzbékistan
  • L’attaquante a pris Cristiano Ronaldo pour modèle
  • Elle espère disputer la Coupe du Monde 2023

S’il existait un prix de l’endurance, Lyudmila Karachik serait en bonne place pour le gagner. L’attaquante de 25 ans n’a pas manqué un seul match depuis son recrutement par Bunyodkor en 2018. Auteure de 77 réalisations en 68 apparitions, toutes compétitions confondues, elle a fini meilleure buteuse du championnat ouzbek la saison dernière, avec un record de 42 unités.

Cela n’a cependant pas été sans sacrifice. Blessée l’an passé dans la Supercoupe Féminine face à Sevinch, Karachik a continué de jouer malgré la douleur et a marqué le but de la victoire. Elle a de nouveau fait la preuve de sa persévérance cette année. En dépit des difficultés causées par le COVID-19, Karachik a réussi à se maintenir en forme. Le 31 mai, elle a contribué d’un doublé à la large victoire des siennes 4-1 en Supercoupe Féminine, là encore contre Sevinch.

“Tout le monde a souffert du virus”, remarque l’attaquante au micro de FIFA.com. “J’ai continué à travailler dur. Je connaissais la préparation requise pour défendre le titre de Supercoupe. J’ai été heureuse de voir que mes efforts avaient porté leurs fruits quand nous avons remporté le trophée. Notre victoire tient avant tout à notre prestation collective. Nous avons toutes suivi un entraînement intensif pendant le confinement afin d’être prêtes pour la compétition. Nous avons donné le meilleur de nous-mêmes face à des adversaires de haut niveau et nous avons gagné.”

Karachik aime le football depuis son plus jeune âge. Ses parents avaient toutes les peines du monde à la faire rentrer à la maison quand elle tapait dans le ballon balle dans la rue avec ses amis. “J’adorais tellement le foot que je ne pensais qu’à jouer. Il était impossible de m’arracher au ballon”, se souvient celle qui a pris pour modèle Cristiano Ronaldo. “Il m’étonne sans cesse par sa technique, sa vitesse et surtout, sa puissance de travail. Il s’entraîne toujours très dur et son brillant parcours n’a donc rien de surprenant.”

Un avenir plein d’espoir

Karachik a été repérée très jeune par Khushbegi, qui l’a recrutée à 15 ans. L’année suivante, elle a franchi une nouvelle étape lorsqu’elle a été convoquée par Elmira Gulamova, qui était sélectionneuse des U-19 à l’époque. “Elle a changé ma vie”, estime-t-elle à propos de Gulamova, aujourd’hui son entraîneur à Bunyodkor. “Elle a vu mon potentiel et m’a ouvert la porte de l’équipe nationale junior, puis de Bunyodkor. Elle m’a aidée à passer du niveau amateur à celui de professionnel. Elle m’a encouragée à me perfectionner pendant des années. Elle est mon mentor sur le terrain et dans la vie.”

Karachik a rapidement progressé chez les Espoirs ouzbeks et a été promue en sélection senior l’année suivante. Depuis, elle a signé 21 réalisations en 28 matches internationaux, dont trois buts dans les qualifications pour la Coupe d’Asie Féminine de l’AFC 2018, puis deux lors des préliminaires asiatiques pour le prochain Tournoi Olympique de Football Féminin.

Si l’Ouzbékistan est resté à quai de ces deux épreuves, Karachik est pleine d’espoir pour l’avenir. “Nous avons acquis une solide expérience internationale, affirme-t-elle. Nous avons haussé notre niveau de jeu en nous mesurant à des équipes plus fortes que nous. Nous avons réalisé que nous devions nous améliorer sur le plan physique et technique pour affronter les meilleures sélections d’Asie.”

L’élargissement de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ à 32 nations lors d’Australie/Nouvelle-Zélande 2023 permet à Karachik d’espérer disputer la compétition. “Nous rêvons toutes de la scène mondiale. Nous avons tout ce qu’il faut pour réussir : l’envie et la capacité de travail”, assure-t-elle. “Mais peut-être aurons-nous besoin d’un coup de pouce de la chance. Ce serait le point culminant de ma carrière et je me donnerai à fond pour y arriver”, conclut-elle.