• Didier Deschamps a décroché un nouveau record à la tête des Bleus : celui de la longévité
  • Il a dépassé Michel Hidalgo qui avait été sélectionneur pendant 3014 jours
  • Mais DD a encore d’autres records dans la sa ligne de mire

Au lendemain de la correction infligée par la France à l’Ukraine en amical (7-1), ce mercredi , Didier Deschamps s’est réveillé avec un nouveau record : arrivé aux manettes de la sélection le 8 juillet 2012 en remplacement de Laurent Blanc, DD a désormais dépassé Michel Hidalgo au temps passé à la tête des Bleus.

Ce dernier avait été intronisé le 27 mars 1976, et avait quitté ses fonctions le 27 juin 1984, soit huit ans et trois mois plus tard (3014 jours). Deschamps fait donc désormais la course de la longévité seul en tête, et il est difficile de prévoir jusqu’où ira son histoire avec le banc Tricolore.

Alors que les Bleus s’apprêtent à affronter le Portugal le 11 octobre, et la Croatie le 14, en Ligue des Nations de l’UEFA, FIFA.com se penche sur les secrets de longévité du sélectionneur français, qui aura 52 ans ce 15 octobre.

Un leader né

Quand il était joueur, le brassard de capitaine était comme une seconde peau pour le Basque. On lui a confié au FC Nantes, son premier club, alors qu’il n’avait pas 20 ans. C’est en capitaine que l’infatigable bâtisseur au milieu de terrain a soulevé entre autres, le trophée de Ligue des champions avec Marseille en 1993, de la Coupe du Monde en 1998 et de l’EURO 2000. En devenant entraîneur, il a su emporter ses qualités de meneur d’hommes sur le banc. Il est devenu en Russie le troisième homme dans l’histoire à avoir remporté la Coupe du Monde comme joueur puis sélectionneur, avec le Brésilien Mário Zagallo et l’Allemand Franz Beckenbauer.

103

comme le nombre de matches dirigés par Didier Deschamps, un record qu’il détient depuis qu’il a dépassé celui de Raymond Domenech (79) à l’occasion de France-Danemark à Russie 2018. C’est aussi le nombre de sélections qu’il a honoré en tant que joueur avant de prendre sa retraite après le sacre des Bleus à l’Euro 2000

© Getty Images

Top 5 des sélectionneurs français les plus capés

1 – Didier Deschamps : 103 (2012-aujourd’hui)
2 – Raymond Domenech : 79 (2004-2010)
3 – Michel Hidalgo : 75 (1976-1984)
4 – Aimé Jacquet : 54 matches (1994 – 1998)
5 – Roger Lemerre : 54 matches (1998-2002)

C’est un chiffre plein de symboles. J’ai eu la chance de l’atteindre en tant que joueur. Ça montre la longévité au plus haut niveau, mais ça n’est pas la même chose. Je suis peut-être plus fier d’y parvenir en tant que sélectionneur

Didier Deschamps, quand il a atteint les 100 sélections en 2019

France's midfielder Kylian Mbappe (L) and France's coach Didier Deschamps pose with the 2018 World Cup trophy © AFP

Regarder devant

“Il se sert de son expérience mais ne parle pas de son vécu de joueur”, confiait son adjoint Guy Stéphan à FIFA.com avant que Deschamps ne soit élu The Best – Entraîneur FIFA en 2018. “Il ne dit jamais : ‘moi en 98, j’ai fait ceci, j’ai fait cela.’ Il vit dans le présent et ça a été la clé de son succès en 1998 comme 20 ans plus tard. En revanche, on s’est beaucoup servi de notre l’échec à l’EURO 2016. Ça nous a permis de beaucoup mieux appréhender la finale en Russie, avec plus de sérénité. Didier a beaucoup grandi. C’est encore un jeune sélectionneur qui a de belles années devant lui. Il a la maîtrise et le savoir.”

51

comme le nombre de joueurs lancés par Deschamps depuis qu’il est sélectionneur, un record. Il a récemment lancé Eduardo Camavinga, 17 ans, qu’il a même titularisé contre l’Ukraine où le jeune Rennais a ouvert le score d’un superbe retourné. La dernière sortie des Bleus a été l’occasion de lancer Houssem Aouar et Mike Maignan dans le bain international

Cultiver la concurrence

S’il sait maintenir sa confiance à ses cadres même quand ils sont en difficulté en club, Deschamps reste avant tout pragmatique et maintient une haute compétitivité au sein de son groupe. Il a souvent lancé de nouveaux joueurs et n’a pas hésité à leur faire confiance, comme il l’a fait en Russie en titularisant en défense Benjamin Pavard à droite et Lucas Hernandez à gauche, tous deux novices à ce niveau.

“Il peut aussi être dur, il peut aussi être exigeant, mais il a su par son management, par ses échanges, faire durer le plaisir. C’est unique en France. La grande difficulté du haut niveau, c’est de rester tout en haut, et lui il reste tout en haut. Pourquoi? Parce qu’il est exigeant avec les joueurs, avec lui-même, avec son staff, et parce qu’il gagne”, analysait l’an dernier Guy Stéphan (AFP).

70,04

Depuis qu’il est en poste, Deschamps a empoché 68 victoires, concédé 18 matches nuls et subi 17 défaites sur un total de 103 matches, ce qui donne une moyenne de 70,04% de victoires pour le technicien français. Seul Jacques Santini (2002-2004) a fait mieux avec 78,57% de succès

Pari gagnant ?

Deschamps a fait le choix de rester en poste après le sacre russe, or l’histoire prouve que ce n’est toujours pas un bon choix de continuer l’aventure après avoir empoché une grande victoire ou réalisé un exploit. Si Hidalgo s’était retiré après l’Euro 1984 tout comme Aimé Jacquet après France 1998, Roger Lemerre, vainqueur de l’Euro en 2000, et Domenech, finaliste d’Allemagne 2006, se sont cassés les dents en restant en poste. Si Deschamps parvient à remporter l’Euro 2020 ou la Coupe du Monde 2022, il réaliserait un exploit sans précédent.