• Jason Cunliffe est meilleur buteur, capitaine et joueur le plus capé de l’équipe de Guam
  • Il a été décisif lors du tour préliminaire asiatique pour Qatar 2022
  • Mais Guam a été éliminé de la course à la qualification le tour suivant

À 36 ans, la plupart des buteurs commencent à faiblir. Ce n’est visiblement pas le cas du meilleur buteur, capitaine et joueur le plus capé de l’équipe de Guam. À la lutte pour accéder au deuxième tour des qualifications de la zone Asie pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™, le territoire micronésien a été battu 1-0 par le Bhoutan lors du match aller. Mais, grâce au triplé et aux deux passes décisives de Jason Cunliffe, ils ont remporté le match retour 5-0.

“Beaucoup de footballeurs s’arrêtent ou pensent à la retraite à cet âge, mais ce n’est pas mon cas. Je me sens très bien et je suis en bonne santé” confie, au micro de FIFA.com, l’attaquant des Bank of Guam Strykers, toujours aussi prolifique en Guam Soccer League. “Je m’entraîne dur et me sens au top de ma forme. Honnêtement, je pense que je mes meilleures années commencent.”

Père et fils

Cunliffe croit tellement en sa longévité qu’après 22 buts en 53 sélections, il veut atteindre le club des centenaires. “Je veux atteindre les 100 sélections en équipe nationale”, révèle-t-il. “Je veux vivre d’autres aventures avec Guam, aider l’équipe à se qualifier pour le deuxième tour du championnat de l’EAFF et aller plus loin dans les qualifications pour la Coupe du Monde.”

Cunliffe, né le même jour que Pelé, a deux fils. À l’instar d’Arnor et Eidur Gudjohnsen, d’Henrik et Jordan Larsson, ou encore de Rivaldo et Rivaldinho, il aimerait être aligné dans la même équipe que l’un d’entre eux. “Zico aura huit ans en septembre et Marciano dix en octobre”, explique le papa. “J’aimerais jouer au moins un match avec un de mes fils comme coéquipier.”

Zico et Marciano étaient un peu trop jeunes pour apprécier le plus bel exploit de Cunliffe. Lors des qualifications pour Russie 2018, deuxième campagne de qualification pour la Coupe du Monde de l’histoire de Guam, ils ont battu le Turkménistan pour prendre la tête d’un groupe comprenant également la RI Iran et Oman. Cette victoire a fait la fierté de la nation.

“Tout le monde était tellement heureux”, se souvient Cunliffe. “En cinq jours, nous venions de prendre six points en deux matches.”Notre peuple, habitué à perdre sur la scène internationale depuis trop longtemps, a été soudainement réveillé par ces victoires. Ils ont réalisé que le football de Guam était entré dans une nouvelle ère.”

Une victoire pour l’histoire

Bien sûr, la victoire inattendue face à l’Inde, deuxième nation la plus peuplée du monde, a eu un écho encore plus important pour le petit pays de moins de 170 000 habitants.

“C’est notre plus grande victoire”, raconte Cunliffe. “C’était un peu David contre Goliath, mais nous avons montré notre résilience, la marque de fabrique de notre nation. Nous avons prouvé que nous étions en train de faire tout notre possible pour réduire l’écart entre nous et les grandes équipes.”

Le bon parcours de Guam n’a malheureusement pas duré. Un nul 0-0 contre Oman et cinq défaites, dont trois par un but d’écart, ont mis fin à leurs espoirs.

“Pour être franc, nous avons été déçus de ne pas prendre plus de points” explique Cunliffe. “Nous avons perdu trois matches importants contre le Turkménistan, Oman et l’Inde sur le score de 1-0. Nous avons montré que nous étions capables de rivaliser avec eux et seule l’Iran a réellement dominé contre nous.”

“Mais nous avons beaucoup appris face à ces équipes. Nous avons acquis une expérience internationale précieuse qui aidera nos jeunes. Dans 20 ans, quand on regardera en arrière, on remarquera que la campagne de qualification pour la Coupe du Monde 2018 aura été un élément déterminant de notre développement,” poursuit-il.

Lors du deuxième tour des qualifications de la zone Asie pour la Coupe du Monde, Qatar 2022, Guam a pris 0 point sur 15 possibles, mettant ainsi fin à ses chances. “Cette équipe est beaucoup plus jeune et donc moins expérimentée que celle d’il y a cinq ans,” explique Cunliffe. “Il est clair que nous avons encore beaucoup de travail. Nous chercherons toujours à rattraper les grandes nations, et je crois que je verrai Guam les battre de mon vivant.”

Entraîneur-joueur

Cunliffe a récemment été nommé entraîneur des U-17 de Guam, afin de former la prochaine génération, mais il envoie également un avertissement aux jeunes.

“Je jouerai pour Guam tant que je serai en bonne santé et capable de gagner ma place dans l’équipe”, explique-t-il. “Si les jeunes veulent prendre ma place, ils doivent venir la chercher” annonce-t-il avant de conclure : “Avec ce nouveau poste d’entraîneur, j’espère redonner à la communauté locale du football. Mais en attendant, je suis toujours motivé par la compétition et par le terrain”.