• La Mongolie reprend les qualifications à Qatar 2022 sous les ordres de Rastislav Bôžik, son nouveau sélectionneur
  • L’ancien entraîneur d’Al Wahda a pris les rênes en septembre
  • Il espère du mieux de la part de son équipe contre le Tadjikistan et le Japon

Au début de la phase de qualification asiatique pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™ en juin 2019, la Mongolie a eu l’honneur d’accueillir le tout premier match qualificatif face à Brunei. Les Loups bleus ont enregistré la première victoire qualificative en s’imposant 2-0 avant de s’incliner 1-2 à l’extérieur, ce qui lui a permis de passer au tour suivant au score cumulé (3-2).

Vingt-et-un mois plus tard, les Asiatiques sont à nouveau les premiers à retrouver les pelouses. L’équipe désormais dirigée par Rastislav Bôžik se rend au Tadjikistan le 25 mars avant d’affronter le Japon, leader du Groupe F, cinq jours plus tard. Après une pause d’un an due au COVID-19, les Mongols sont impatients de se remettre dans le bain. “Le monde entier a vécu des moments difficiles”, confie le Slovaque de 43 ans à FIFA.com. “Un championnat court, un hiver très long et toutes sortes de difficultés ont été causées par la pandémie, ce qui a compliqué notre préparation. Mais nous les avons affrontées et le pire est derrière nous. Aujourd’hui, notre équipe est impatiente et nous allons travailler dur pour remettre les joueurs d’aplomb.”

Bôžik connaît bien l’Asie, lui qui, en 18 ans de carrière d’entraîneur, a pris les rênes de clubs comme Son Dong Tam Long An et Al Wahda, en plus d’être sélectionneur adjoint de la Malaisie. En septembre dernier, il est nommé sélectionneur d’une équipe nationale pour la première fois. “C’est un honneur d’entraîner une équipe nationale, surtout la Mongolie”, assure-t-il. “J’étais responsable des jeunes et de la formation des entraîneurs à la MFF (Fédération de football de Mongolie). Aujourd’hui, je suis chargé de sélectionner les joueurs et d’élaborer une stratégie convenable pour l’équipe A. Je suis content de la confiance dont on me fait preuve.”

Un soutien à double sens

Alors qu’elle n’avait jamais passé le premier tour des qualifications asiatiques de la Coupe du Monde auparavant, la Mongolie est entrée dans l’histoire sur la route de Qatar 2022 en se qualifiant pour le deuxième tour. “Cette victoire historique a envoyé un signal fort dont le pays avait besoin”, poursuit Bôžik à propos du premier tour. “L’équipe a gagné le cœur du peuple mongol et ça marche aussi dans l’autre sens : le soutien des supporters a motivé les joueurs.”

Tsedenbal Norjmoo, le capitaine de 32 ans, a trouvé le chemin des filets par deux fois tandis que Nyam-Osor Naranbold, l’attaquant de 29 ans, a également fait mouche pour éliminer Brunei. Le conte de fées ne s’est pas arrêté là puisque pour leur tout premier match du deuxième tour, ils se sont imposés 1-0 à domicile contre Myanmar. Cette fois, c’est Dolgoon Amaraa, 20 ans, qui a trompé la vigilance du gardien adverse. “Ces trois joueurs vont continuer de jouer un rôle central dans cette équipe”, confirme le sélectionneur. “Ils représentent trois générations de l’équipe. Nous avons les anciens qui apportent toute leur expérience pendant que les jeunes apportent leur fougue.”


© Others

Les prestations avant les résultats

Désormais lanterne rouge du groupe avec une seule victoire en cinq journées, la Mongolie aimerait désespérément décrocher un autre succès. Les Mongols se sont inclinés 1-0 face au Tadjikistan, troisième, en septembre 2019, avant d’encaisser six buts sans en marquer contre le Japon, leader sans conteste, un mois plus tard. “Cela va sans dire que ces matches représentent de grands défis pour nous. Nous jouons face à des adversaires solides à l’extérieur”, reconnaît Bôžik. “Nous allons nous concentrer sur nos prestations plutôt que sur les résultats. Les bons résultats viendront tant que nous travaillerons minutieusement, notamment sur les individualités, la formation tactique et le collectif. Voilà notre philosophie.”

“Les joueurs mongols apprennent vite lorsqu’ils sont motivés. C’est une équipe disciplinée qui présente un bon état d’esprit. Ils peuvent déjouer les statistiques et faire de belles choses”, conclut un Bôžik optimiste.