Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2020

© Getty Images
  • Lionel Messi et Cristiano Ronaldo ont sauvé leur équipe en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA
  • Les Mexicains de Pachuca sont les spécialistes des coups de théâtre
  • Retour sur les plus improbables “remontadas” de l’histoire de cette compétition

La Coupe du Monde des Clubs de la FIFA est une compétition de haut niveau, à laquelle peu de clubs ont pu prendre part. Chaque année, le titre de champion du monde des clubs se joue sur une poignée de rencontres, souvent très disputées. Ces quelques affiches suffisent néanmoins à nous offrir notre lot de buts d’anthologie, d’exploits individuels et de retournements de situation. La preuve.

Al Ahly – Pachuca (13 décembre 2008)

Quart de finale

46ème minute : 2-0 / Score final : 2-4 a.p.

Dans un premier temps, Pachuca se procure les meilleures occasions, mais ce sont les Égyptiens qui se montrent les plus réalistes, en contre. Al Ahly prend l’avantage sur un but contre son camp du malheureux Pinto (28’), avant de doubler la mise par l’intermédiaire de Flavio juste avant la mi-temps (44’). Les champions d’Afrique pensent se mettre définitivement à l’abri au retour des vestiaires, mais leur troisième but est annulé pour hors-jeu.

Alors que la victoire semble promise à Al Ahly, Pachuca revient dans la partie grâce à Luis Montez, qui reprend de la tête un coup franc. Christian Gimenez se charge de remettre les deux équipes à égalité sur un nouveau coup franc, à la 72ème minute. Les Mexicains prennent le dessus pendant la prolongation, d’abord par Damian Alvarez (98’) puis sur le second but de la journée de Ginemez (110’).

Par la suite, Pachuca s’incline face à Gamba Osaka dans le match pour la troisième place (1-0).

Estudiantes – FC Barcelone (19 décembre 2009)

Finale

89ème minute : 1-0 / Score final : 1-2 a.p.

Grand favori de la finale, le FC Barcelone de Pep Guardiola concède pourtant l’ouverture du score aux Argentins, sur une reprise de la tête de Mauro Boselli à la demi-heure de jeu. Ce coup du sort va néanmoins pousser les Catalans à sortir de leur réserve.

Estudiantes prend alors le pari de jouer beaucoup plus bas, afin de mieux soutenir le siège. Les Espagnols manquent plusieurs occasions de revenir à hauteur de leurs adversaires et, en tribunes, le public commence à se dire que le plan des Argentins pourrait bien fonctionner. Mais à la 89ème minute, le remplaçant Pedro marque de la tête et remet les deux équipes à égalité. Pour le Barça, qui vise ouvertement son sixième titre de l’année, le soulagement est immense.

Durant la prolongation, Messi trouve à son tour le chemin des filets… de la poitrine. La Pulga a pris l’habitude de surprendre les défenseurs : il avait déjà marqué de la tête en finale de la Ligue des champions de l’UEFA, contre Manchester United.

Pachuca – Al-Wahda (15 décembre 2010)

Match pour la cinquième place

81ème minute : 0-2 / Score final : 2-2 a.p. ; 4-2 t.a.b.

Deux ans après sa victoire au bout du suspense contre Al Ahly, Pachuca est de retour pour jouer avec les nerfs des spectateurs. À un peu moins d’un quart d’heure du coup de sifflet final, Al Wahda dispose d’une confortable avance, acquise grâce à Ismail Matar (44’) et Mahmoud Khamees (77’).

Malgré l’expulsion d’un joueur, le club émirien continue d’attaquer, en quête d’un troisième but. Malheureusement pour lui, il se fait surprendre à deux reprises, sur des contres conclus par Dario Cvitanich (82’ et 89’). Les Mexicains s’imposent finalement à l’issue des tirs au but.

Real Madrid – Kashima Antlers (18 décembre 2016)

Finale

59ème minute : 1-2 / Score final : 4-2 a.p.

Comme Lionel Messi sept ans plus tôt, Cristiano Ronaldo inscrit à son tour son nom au palmarès de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Karim Benzema est le premier à se mettre en évidence dans cette partie ; dès la 9ème minute, le Français ouvre la marque en faveur du grandissime favori. Mais, à la grande joie des 70 000 spectateurs présents à Yokohama, Gaku Shibasaki fait mouche à deux reprises pour donner l’avantage aux champions du Japon. Il reste cependant beaucoup de temps à jouer.

Cristiano Ronaldo, buteur sur penalty (60’), rappelle aux supporters japonais qu’il répond toujours présent dans les grandes occasions. Dans les dernières minutes, les deux équipes se procurent tour à tour de bonnes occasions, sans parvenir à faire la différence. En prolongation, le Portugais met définitivement fin au suspense en frappant à deux reprises pour donner la victoire au club de la capitale. Les Japonais s’inclinent la tête haute (4-2), mais la frappe de Yuma Suzuki sur la transversale leur laisse quelques regrets.

Al Ain – Team Wellington (12 décembre 2018)

Premier tour

44ème minute : 0-3 / Score final : 3-3 a.p. ; 4-3 t.a.b.

En 2018, le lever de rideau du tournoi a bien failli éclipser la finale tant son scénario s’est révélé passionnant. Représentant du pays hôte, Al Ain reçoit la Team Wellington. Les Néo-Zélandais entament la rencontre tambour battant et mènent 3-0 à la 44ème minute de jeu.

Toutefois, Tsukasa Shiotani parvient à réduire l’écart juste avant la pause. Au retour des vestiaires, Tongo Doumbia permet aux locaux de reprendre espoir. Al Ain maintient la pression sur son adversaire, mais laisse passer plusieurs occasions d’égaliser. Finalement, le match bascule à cinq minutes du terme : entré en cours de jeu, Marcus Berg arrache l’égalisation sur une magnifique frappe en pivot.

Plus rien ne sera marqué durant la prolongation, mais les Émiriens achèvent cet incroyable retournement de situation en s’imposant aux tirs au but. Par la suite, Al Ain écarte tour à tour l’Espérance de Tunis (3-0) et River Plate (2-2, 5-4 t.a.b.) pour accéder à la finale, avant de chuter face au grand Real Madrid (4-1).