• Le 21 août 2008, le Brésil affronte les États-Unis en finale du Tournoi Olympique de Football féminin
  • La Seleçao est favorite en l’absence d’Abby Wambach
  • Christie Rampone et Carli Lloyd reviennent sur ce succès historique

Lorsqu’elles apprennent la nouvelle, les Américaines sont sous le choc. Instigatrices du sacre des Stars and Stripes à Athènes en 2004, Brandi Chastain, Joy Fawcett, Kristine Lilly et Mia Hamm ont pris leur retraite à l’issue du tournoi. Mais cette fois, c’est Abby Wambach qui doit déclarer forfait, victime d’une fracture tibia-péroné lors de l’ultime match de préparation.

En l’absence de leur attaquante vedette, elles s’inclinent 0-2 face à la Norvège dès leur entrée en lice à Pékin. “Perdre une joueuse de cette importance juste avant le début des Jeux, c’était un très gros coup dur”, confiait récemment Christie Rampone à FIFA.com. “Pour ne rien arranger, tout est allé de travers contre la Norvège. On ne donnait pas cher de nos chances, à ce moment-là. Jusqu’alors, nous avions toujours fait partie des favorites. Moralement, ça a été difficile à gérer.”

Lire également

Rampone reflects on her Olympic experiences

La défaite américaine semble offrir une voie royale vers la médaille d’or à une autre équipe. Depuis sa victoire surprise (4-0) sur les États-Unis en demi-finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Chine 2007™, le Brésil est sur une trajectoire ascendante. Marta et Cristiane sont au sommet de leur art, comme en témoigne leur large succès face à l’Allemagne (4-1) en demi-finale.

De leur côté, les Stars and Stripes parviennent à se hisser en finale, mais paraissent toujours promises au rôle de simples faire-valoir. L’héroïne inattendue de cette qualification est Angela Hucles : à sa grande surprise, la milieu de terrain se voit confier les clés de l’attaque en lieu et place de Wambach. Elle relève le défi et signe cinq réalisations en autant de sorties, dont un but décisif contre le Canada en quart de finale (2-1) et un doublé face au Japon dans le dernier carré (4-2).

Interview exclusive de Carli Lloyd

Lire également

Interview exclusive de Carli Lloyd

Lloyd vole la vedette à Marta

Les Brésiliennes font honneur à leur statut de favorites et dominent largement les débats, sans toutefois parvenir à tromper la vigilance de Hope Solo dans le temps réglementaire. En prolongation, Carli Lloyd donne l’avantage aux États-Unis sur une frappe splendide. “Cette action fait sans doute partie des temps forts de ma carrière”, confie l’intéressée sur Olympic Channel. “En montant sur le podium pour recevoir ma médaille, j’ai ressenti des émotions très fortes.”

“C’était la première fois que je participais aux Jeux Olympiques et c’était ma première médaille. Nous venions d’accomplir quelque chose de très particulier car personne ne nous voyait aller au bout”, poursuit-elle. “C’était incroyable. Je me rappelle qu’en rentrant chez moi, j’étais sur un petit nuage. Je venais de marquer le but de la victoire en finale. Je n’oublierai jamais la cérémonie de remise des médailles, en compagnie de mes coéquipières. C’est un souvenir auquel je suis très attachée.”

Rampone se montre tout aussi élogieuse : “J’ai beaucoup de respect pour ce groupe car il ne comptait pas de grands noms. Ça ne nous a pas empêchées de progresser à chaque match. Nous avons écrit notre propre histoire”, juge-telle “Les quatre attaquantes qui ont remplacé Abby ont vraiment été à la hauteur. Carli Lloyd a fait un grand tournoi, Angela Hucles, Amy Rodriguez et Natasha Kai se sont surpassées et elles ont largement contribué à notre victoire. Nous avons eu la chance d’avoir à notre tête une sélectionneuse exceptionnelle en la personne de Pia Sundhage. Par son énergie, elle nous encouragées à prendre encore plus de plaisir sur le terrain.”

“J’étais maman de deux enfants à cette époque”, se souvient encore l’ancienne défenseuse. “Le fait d’avoir pu revenir au plus haut niveau après ces naissances pour porter le brassard de capitaine, c’était la cerise sur le gâteau à mes yeux. C’était incroyable. Quand le coup de sifflet final retentit, on en oublierait presque ce qu’on vient d’accomplir.”

Plus de dix ans plus tard, les supporters des Stars and Stripes, eux, n’ont rien oublié.